Mairie de Mailhac - Ouverte tous les jours 14h-19h, mar. et ven. 14h-17h30
Bienvenue
Calendrier
Météo

Météo à Mailhac

20 °C / Ensoleillé
Vent: O de 18 km/h
Humidité: 73%
Auj
17/25 °C
Mar
14/24 °C
Mer
12/22 °C
Jeu
15/23 °C
Sondage
Comment trouvez-vous le nouveau site de la mairie de Mailhac ?

Un passé remarquable

 


L’importance archéologique de Mailhac ne tient pas seulement
à la richesse de son patrimoine. Elle se démarque aussi par
les conditions exceptionnelles de conservation des différents vestiges :
sur un même territoire, on peut appréhender
l’évolution d’un groupe humain sur près de 5.000 ans d’histoire,
de 2 500 avant J.-C. à nos jours.


Un site archéologique de renommée internationale

« Mailhac, le plus vieux village d’Europe » : c’est souvent par ces mots que Gérard Schivardi, maire, présente son village. En effet, occupé dès la Préhistoire, Mailhac a donné son nom à une période de l’histoire : le mailhacien, précisant le passage de l’âge du bronze à l’âge du fer en Europe Occidentale (800 avant notre ère à 450 après notre ère).

Une période mise au jour par deux Mailhacois au parcours exceptionnel : Jean et Odette Taffanel

Dans les années 1930’, Jean - le frère- et Odette -la sœur- ont découvert à Mailhac un site archéologique extraordinaire donnant une rare vision de la fin de l’âge du bronze et du Premier âge du fer languedocien.

Les deux chercheurs audois, autodidactes, ont inlassablement sondé et exploré le sous-sol de ce site au gré des travaux agricoles suivant une passion jamais altérée, faisant de leur découverte une série de niveau international.

Jean et Odette Taffanel,
archéologues autodidactes

INÉDIT :

Jean Taffanel explique l'origine du nom de Mailhac

Découvrez la graphie
et les notes
de Jean Taffanel !

Odette Taffanel raconte pour vous, l’histoire de Mailhac
 

Odette Taffanel a publié aux éditions Esméralda le livre "Mailhac et son histoire" dans lequel elle relate de manière romancée les grandes étapes qui ont ponctué le passé du village depuis 5.000 ans.

Grecs, Celtes et Romains ont laissé leurs traces sur Mailhac, tout comme les inondations et incendies qui ont bousculé les habitants installés tantôt dans la plaine fertile, tantôt sur le Cayla protecteur. Mode de vie, agriculture, habitats ; Odette Taffanel révèle les liens entre la structure actuelle du village et son passé. L’occasion pour les habitants et les nouveaux arrivants de découvrir la vie de ceux qui les ont précédés sur cette terre située entre Cayla et garrigue.

82 pages + illustrations en couleur. Disponible en mairie. 14 euros.

Deux sites remarquables et un peuple, Les Elisyques
L’oppidum du Cayla

Un site clé pour l’étude de la protohistoire du Languedoc Roussillon. Mailhac devient vers 900 av J.C., un village important du Minervois. La communauté s’installe sur cette colline, où l’on découvrira les vestiges de plusieurs habitats successivement superposés (vers 900 à 200 av. J.-C.). Ces populations sont les premières à se regrouper dans une agglomération : on les appellera Les Elisyques, une des plus anciennes peuplades de Méditerranée. Le Cayla sera occupé du IX au IIe  siècle avant notre ère.

À l’exception de l’intervalle 775-575 avant J.-C. où l’habitat se serait déplacé vers la plaine donnant lieu à deux nécropoles. Après avoir été emporté par les inondations et les incendies, l’habitat rejoindra le Cayla, plus protecteur.  Au total, on dénombrera quatre villages succéssifs.

Deux nécropoles mises au jour à Mailhac, plus de 400 tombes étudiées

Découvertes dans la plaine, elles se situent autour de la butte d’un ancien moulin à vent et près d’un grand bassin d’arrosage. Les sépultures à incinération s’étirent sur plus de 600 mètres : la nécropole a livré plus de 400 tombes, recouvertes d’un tumulus. Les cendres du défunt étaient déposées dans des urnes, aux côtés d’objets quotidiens (outils, parures, armes).

Pour le premier âge du fer (750 à 600 avant J.-C.), 300 tombes ont été fouillées et ont montré des regroupements familiaux. La hiérarchisation de la société à cette période est visible par le nombre de céramiques dans les tombes « riches » (plus de 45 vases du service du banquet funèbre).

 
Céramiques, objets du quotidien... et un motif spécifique à Mailhac !

Des centaines de tombes ont livré des céramiques aux décors exubérants et des objets métalliques en grand nombre révélant plusieurs aspects de la vie quotidienne.

Leur contenu (vases décorés, parure en bronze, épingles, rasoirs) est conservé au dépôt de fouilles de Mailhac en attendant la création d’un parc d’interprétation archéologique ardemment souhaité par la population et la municipalité

 

 

Autres témoins historiques