Mairie de Mailhac - Ouverte tous les jours 14h-19h, mar. et ven. 14h-17h30
Bienvenue
Calendrier
Météo

Météo à Mailhac

20 °C / Ensoleillé
Vent: O de 11 km/h
Humidité: 64%
Auj
18/26 °C
Mar
16/26 °C
Mer
16/27 °C
Jeu
16/32 °C
Sondage
Comment trouvez-vous le nouveau site de la mairie de Mailhac ?

La légende de la courge

 

 Connaissez-vous la légende de la courge mailhacoise ?...

Se basant sur une légende racontée de génération en génération, une association a vu le jour et a célébré la courge en octobre durant plusieurs années sur Mailhac. Familles, élèves, petites mains se mobilisaient pour organiser 1 à 2 jours de fête populaire.

 - marché dédié aux cucurbitacées
- les habitants s'approvisionnent pour préparer leurs plats à la courge
- concours de plats à la courge en soirée
- dégustation populaire
- en journée, les enfants décorent la salle des fetes de leurs dessins
- défilé aux lampions en soirée
- concert et baléti en soirée.

 
 
Laissez-vous conter la légende de la courge de Mailhac par Odette et Jean Taffanel, d’après les histoires de leur grand-mère....

Un jour il y a bien longtemps, il se passa à Mailhac un événement effroyable.

Par un jour d’hiver et de grand vent de Cers, un cultivateur du village allait à sa vigne. Il devait franchir le Col des Fonts, resserré entre le Cayla et le Pech, quand à la hauteur de la source du Théron, il fut cloué sur place par un vacarme infernal. C’était des hurlements, des grognements à vous glacer le sang. Il fit rapidement demi-tour et alla dire à Monsieur le Curé que sûrement il y avait le diable au Col des Fonts.

L’abbé alla  se rendre compte par lui-même et ne put s’expliquer ce vacarme. On décidait donc d’exorciser le secteur du Théron où se manifestait l’Esprit Malin.

La nouvelle avait vite fait le tour du village et c’est à la tête d’une imposante procession bien munie d’eau bénite que Monsieur le Curé se dirigea de nouveau vers le Col des Fonts. Entre temps le vent s’était calmé. Plus aucun bruit ! On n’entendait que le chant des oiseaux dans les peupliers.

On fit tout de même les prières et aspersions requises, pour éviter le retour des esprits mauvais !

À quelques temps de là, un jeune vigneron franchit à son tour le Col des Fonts. Le vent soufflait par rafales. À la hauteur du Théron, voilà qu’il entend un bruit insolite : ça montait, ça descendait, un peu comme une musique de flûte. Ce jeune n’avait pas froid aux yeux et il décida d’aller voir cela de près.

Après avoir franchi la rivière, il s’avança à pas de loup vers la source du Théron. Le bruit sortait d’un amas de broussailles, et s’approchant, il entrevit quelque chose de jaune et rond… C’est le diable, se dit-il. Il me tourne le dos… Alors, soulevant la pioche qu’il portait sur l’épaule, il en asséna un grand coup sur la « chose ».

Cela fit « Plouf ! » et le bruit cessa.

Il crocha dedans avec sa pioche, tira avec précaution et vit apparaître une énorme courge ronde, que la dernière crue de la rivière avait entraînée là avec des broussailles, que les rats avaient évidée et, le vent s’engouffrant là-dedans, faisait tout ce tapage !

Il éclata de rire, chargea le cadavre sur son épaule et revint à Mailhac. En passant dans les rues, il criait : « J’ai tué le diable ! J’en porte la peau ! Ah ! Pauvres courges… ! »

Et depuis à Mailhac, nous sommes des courges.