Mairie de Mailhac - Ouverte tous les jours 14h-19h, mar. et ven. 14h-17h30
Bienvenue
Calendrier
Météo

Météo à Mailhac

11 °C / Ensoleillé
Vent: O de 25 km/h
Humidité: 50%
Auj
7/15 °C
Lun
6/18 °C
Mar
7/17 °C
Mer
8/16 °C
Sondage
Comment trouvez-vous le nouveau site de la mairie de Mailhac ?

Le patrimoine mailhacois

 

Au coeur de Mailhac : un village fortifié en circulade

Village médiéval, Mailhac formait autrefois un carré protégé par des remparts et dominé par le château fort.

En son sein, des ruelles étroites et arrondies composée une circulade carolingienne.

On pénétrait dans le village fortifié par le Portail du Midi (photo), la Porte du Nord et la Porte de l’Ouest (disparue aujourd’hui). 

La Tour Carrée 
a servi un temps 
de pigeonnier

Les remparts sont encore bien visibles côté Nord : ils longent la rivière Répudre et sont percés de nombreuses meurtrières.

Dans les années 1850, le village fortifié était presque comme à l'origine : mais le passage des charettes pour les vendanges a peu à peu conduit à l'élargissement des ruelles (étroites d'un petit mètre parfois).

Des habitations se sont inscrites en appui aux remparts, dont les piliers des contreforts se devinent encore entre chaque maison de village.

 

Diaporama : une balade au coeur des ruelles mailhacoises...

 Le château fort entourait la placette : au XIIIe siècle, il appartenait aux vicomtes de Narbonne.

Aujourd’hui, il abrite de nombreuses habitations, reliées par des ruelles pavées, éclairées le soir par des lanternes dans le style ancien.
On peut encore  observer un 'embanc' dans le quartier du château: ces passages construits entre deux maisons à étage pour ajouter des pièces à la maison...

 

La fontaine de la République, devant l'école publique

Réalisée en marbre rouge de Caunes-Minervois, la fontaine située place du Bicentenaire attire les regards ainsi que les passants souhaitant se désaltérer. Érigée le 22 août 1886, sous la municipalité du maire M. Fabre, elle symbolise la République, comme l'indique le buste juché au sommet de l'obélisque.

Sa mise en eau eut lieu en 1886 : auparavant, les femmes puisaient l'eau potable à la source. Pour le ménage et les bêtes, chaque maison possédait un puits qui servait de frigo en été. 

 

L'église Saint-Paul-Serge de Mailhac
 Datant du Ve siècle, de style ogival, elle présente un ensemble majestueux avec son clocher sonnant aujourd’hui encore l’angélus et les messes. Elle possède une nef centrale, des chapelles attenantes ainsi qu’un clocher roman et des vitraux en bel état.

Mentionnons l'association (laïque et non-confessionnelle, indépendante de la paroisse) des « Amis de l’Église Saint-Paul-Serge de Mailhac » a été créée en janvier 2001, ayant pour but de préserver et rénover l'intérieur de l'église. Elle assure également des visites lors de manifestations sur le village.

Un village, des passages...

 

Un étonnant buste de Marianne coloré

Ce buste de Marianne demeure une énigme aujourd'hui encore. 

Constitué de plâtre, il fait partie des trés rares exemplaires peints.

 

Sur son socle, une inscription peu commune 'famille, travail, patrie' serait d'origine franc-maçonnique.

La mairie de Mailhac, aménagée dans les remparts

 

En dehors du vieux village

Huile, blé : les moulins de Mailhac

Deux moulins à blé perdurent sur la commune : l'un près du Cayla, l'autre à la sortie du village en direction des fours à chaux. Alimenté par de l'eau pour l'un et le vent pour l'autre, ils permettaient aux familles de moudre le blé.    

 

La place du Portail du Midi
abrite un moulin à huile.

 

    

 

L'aqueduc : un pont à arches situé à la sortie de Mailhac

À la sortie du village, au pied du Cayla, un pont intrigue les passants : doté de belles arches, il remonte vers le vignoble situé à flanc de colline.

Construit par une famille de grands propriétaires terriens, ce pont servait à acheminer l'eau -puisée par une noria encore visiblevers les terres cultivées sur la propriété.

 

 

Les fours à chaux de Mailhac

Ultimes témoignages de l'industrie de la chaux, florissante au XIXe siècle, ces fours ont été entièrement restaurés par l'État dans les années 1980'.

Ils sont bâtis en pierres et l'intérieur devait être habillés de briques réfractaires. Les formes les plus faciles à exécuter étaient prismatiques à section quadrangulaire avec un ou plusieurs foyers à la base.

Dans ces fours, le bois était le combustible généralement utilisé. La cuisson des pierres à calcaire durait environ 5 jours. Après 1 à 2 jours de refroidissement, la chaux était extraite. Le site de Mailhac est digne d'intérêt de part le regroupement -rare- de trois fours distincts.

(source : topoguide du Pays touristique Corbières-Minervois)

 

Le dolmen 'Boun marcou', vieux de 4 000 ans

 

Ce domaine est constitué de dalles de calcaire et de grès.

Il se trouve à proximité des fours à chaux. Âgé de 4.000 ans, il est orienté Est-Ouest et mesure 5 mètres de long.

Il s’agissait d’un dolmen à couloir comme on en trouve beaucoup dans la région, mais sa couverture s’est effondrée.

Plus d'info.

 

L’Aqueduc construit au Ier s. avant J-C.

Cet ouvrage hydraulique semi-enterré a été découvert au pied de l’oppidum protohistorique du Cayla. Il comporte plusieurs regards, un système de régulation du débit et un bassin de décantation. La prise d'eau est restituable sous la forme d'un barrage dans la rivière locale, le Répudre.

L'eau est acheminée vers une villa située sous le village actuel, mais aussi, à partir d'une bifurcation, vers une probable meunerie romaine. Pendant le IIe s. apr.J.-C., une troisième bifurcation formée par un assemblage de tuyaux en céramique a pu alimenter un réseau d'irrigation des champs.

Ce réseau a suscité l'intérêt de plusieurs chercheurs car il réunit trois types de canalisation : une en terre maçonnée, une en pierre et une en tuyau de terre cuite.

Plus d'info : notice du CNRS (photo CNRS).

 

Le couvent Saint-Joseph

Fondé en 1847 par des religieuses de l’Institut Saint-Joseph de Lyon : étant un ordre enseignant, elles ont instruits gratuitement plusieurs générations de jeunes filles jusqu’en 1905. Vingt ans après sa fondation, 16 établissemenst  dépendaient de ce couvent, fournissant des institutrices à de nombreux villages.

En 1905, les religieuses s’exilent vers la Catalogne (Gérone, Barcelone), certaines reviennentà Mailhac en 1912 offrant leurs services aux malades (soins à domicile) et aux enfants (garderie, catéchèse). Les dernières sœurs parties, le couvent de Mailhac fut fermé en 1947.

En 1953, il fut racheté par Odette et Jean Taffanel pour y déposer leurs fouilles archéologiques en espérant que d’autres continueraient leurs recherches. Aujourd’hui, le bâtiment appartient à l’Etat français : devenu dangereux, il ne permet ni la visite du public, ni celle des chercheurs.  

 

 Pourquoi la rue… 'du Pont Vieux'  à Mailhac ?

Bon nombre d’habitants empruntent chaque jour l’avenue du Pont Neuf. Cette désignation fait écho à une autre rue intitulée « Rue du Pont Vieux » : autrefois, un joli pont plus petit permettait de traverser le Répudre des abords de l’école à l’actuelle rue Droite (derrière la mairie).

Cette passerelle était donc située plus en amont de la rivière que le pont actuel. Mais avec le développement de la circulation automobile, le pont est rapidement devenu trop étroit. Il a été démoli dans les années 1960’ et remplacé par l’actuel "Pont Neuf" sur lequel deux voitures peuvent se croiser.


Souvenir du pont à arches qui rejoignait l'épicerie
et l'école à l'arrière plan

Pourquoi la rue de… "la Roumégouse" ?   Des rues en souvenir d’une activité

La « Roumégouse » désigne un lieu fréquenté par les pèlerins du Moyen Âge, les Roumieux, qui entreprenaient un saint voyage vers Rome ou Saint Jacques de Compostelle.

En effet, une chapelle dite « Notre Dame de la Roumégouse » était située dans cette rue au croisement avec l’actuelle impasse Notre-Dame et constituait une étape pour les pèlerins. Des pierres tombales témoignent de ce lieu de culte vivant jusqu'au XVIème siècle. Notons qu’entre le XIème et le XVIème siècles, Mailhac comptait 5 églises: l’église actuelle de St Paul Serge, celle de St-Jean-de-Ca(p)s (IXième), celle de St-Julien-et-Ste-Basilisse-de-Mailhac (derrière le bureau de Poste, Xème), la chapelle Notre-Dame-de-Roumégouse et enfin le couvent St-Joseph fondé en 1847.

  

En vous baladant dans le vieux village, vous découvrirez plusieurs rues évoquant très pratiquement un lieu ou une activité passés. C’est le cas du chemin du Moulin par exemple mais aussi du Chemin de ronde, de la rue du Four, de l’impasse de la Coopérative, rue de l’Echoppe, rue des Puits, rue des Forges, place de l’Eglise, place du Château ou encore rue de la Poste.
De même certains lieux importants de la vie du village sont parfois mentionnés : rue des Remparts, rue des Fonts (conduisant au col des Fonts, où se trouvaient les sources), chemin du Pech (colline) ou encore chemin de St Jean de Caps.